Partez à la rencontre de nos producteurs

Une filière équitable riche de beautés et de sens

Sao Tomé-et-Principe

Sur des terres sauvages volcaniques riche d’histoire

 

Les îles de Sao Tomé-et-Principe sont si petites (1001 km2) qu’elles sont souvent invisibles sur les cartes du monde. Pourtant, elles ont une position de premier choix au croisement de l’équateur et du méridien de Greenwich.

Les îles ont attiré en 1470 les Portugais sur ces terres volcaniques très fertiles, riches en minéraux et en oligo-éléments. Durant cinq siècles, les plantations de cannes à sucre, de cacao, de café et de noix de coco se sont ainsi multipliées.

Les cocoteraies représentent aujourd’hui plusieurs milliers d’hectares qui sont récoltées chaque année. L’extrême résistance de la noix de coco aux aléas climatiques permet aux cocotiers de s’auto-replanter lorsque les noix de coco tombées germent au sol. Cette nature généreuse nous invite ainsi au partage de ses richesses.

©Birdlife Africa

   Une culture ancestrale de noix de coco

 

A l’arrière des plages de sable fin se trouve une nature luxuriante de palmiers, cocotiers, cacaoyers, caféiers ainsi que de nombreuses espèces protégées endémiques. Le claquement des vagues sur les récifs, le vent dans la forêt ainsi que les chants des oiseaux, notamment des espèces comme la Galinhola et les perroquets de Principe, nous invitent chaque jour à préserver toutes ces beautés.

Les santoméennes et santoméens vivent au gré du soleil et des pluies toujours avec ce sourire rempli de sagesse. Le dicton « Leve-Leve » (doucement-doucement) résume bien cette culture.

Dans ce rythme et cette ambiance, nos producteurs cultivent avec passion leurs cocotiers et transmettent leur savoir-faire.
La récolte de noix de coco se fait à la main sur de petites parcelles. Avec l’aide de l’Union Européenne et des communautés locales, nous définissons avec les producteurs les projets de réhabilitations des cocoteraies et nous mettons en œuvre toutes les actions nécessaires pour préserver la biodiversité des parcelles.

cocoteraie mer

Nos valeurs et nos engagements équitables

 

En mission à Sao Tomé et Principe, en 2014, Guillaume Taufflieb, ingénieur agronome français, a été touché de voir ces milliers de noix de coco abandonnées. Eric, Guillaume et Jean-Philippe ont alors fondé l’entreprise Valudo avec le Groupe Duval pour réunir leurs valeurs :

  • Développer un groupement de producteurs à haute responsabilité sociale,
  • Réhabiliter les cocoteraies et préserver leur biodiversité,
  • Participer au développement économique de l’île.

L’entreprise VALUDO (« noix de coco séchée » en créole) a ainsi créé de A à Z une filière équitable de producteurs de noix de coco.

Cette aventure palpitante a démarré par le regroupement de paysans avec lequel nous avons trouvé le bon mode de fonctionnement humain, une logistique adaptée, un prix d’achat des cocos motivant avec des engagements sur le long terme.

Guillaume Taufflieb, gérant de Valudo

Notre production locale

Afin de proposer à ses clients des produits biologiques de haute qualité en fonction de leurs besoins, VALÚDO a organisé son activité pour maîtriser la totalité de la chaîne de valeur production, de la récolte au champ à la livraison au client.

La gestion d’une filière de producteurs dédiés nous garantit des variétés de très haute qualité 100% biologique. Nous organisons la logistique pour se rendre là où sont les producteurs, même les plus éloignés.

La production répartit tout au long de l’année permet de répondre aux commandes clients sans rupture et d’assurer des revenus réguliers aux producteurs.

 

Les noix de coco sont ensuite défibrées, ouvertes manuellement, râpées et déshydratées à une température rigoureusement surveillée. L’huile est extraite en première pression à froid à l’aide d’une fine vis sans fin qui permet de préserver les qualités intrinsèques du fruit pour une huile de première qualité. Toutes les analyses qualité sont réalisées dans des laboratoires internationaux accrédités COFRAC.

logo labels Valudo footer

Une immersion dans notre quotidien

©crédit vidéo : M6 – Zone Interdite – Reportage TV de mars 2019